SORO-Ouattara : Les hommes de Soro réclament la libération des prisonniers politiques

Afrique media Côte d'Ivoire

Gouvernance et Etat de droit sous Ouattara – Des proches de Soro chargent le régime : «La parodie de démocratie dans notre pays. La situation de la Côte d'Ivoire, notre pays, est des plus alarmantes. Les faits justifiant cette affirmation sont légion et connus de tous : - Les institutions de la République sont caporalisées, toutes mises aux ordres et au service des intérêts de l’exécutif.
L’illustration est faite par la Commission Electorale Indépendante dans sa composition et dans son fonctionnement, l’Assemblée Nationale... ; - Les libertés individuelles et collectives sont constamment bafouées. En effet Les organisations politiques et celles de la société civile sont muselées, leurs manifestations des plus pacifiques soient-elles sont empêchées ou carrément interdites ;
- L’appareil judiciaire n’inspire plus confiance, tant son indépendance vis-à-vis de l’exécutif laisse planer des doutes. Sa crédibilité est entachée par certains faits qu’il nous ait donné d’observer notamment l’incarcération de bon nombre de concitoyens sans jugement, allant jusqu’à 8 ans, d’autres périssent en cellule sans que lumière ne soit faite sur leur mort ;
- Les violations des droits de l’homme se multiplient. Alors que des citoyens sont enchaînés sur leur lit d'hôpital, d’autres sont purement assassinés pour leur opinion, leur conviction politique ; - Au lieu d’œuvrer à l’unisson pour une réconciliation vraie et sincère, la belligérance est plutôt entretenue et promue.
Les menaces en tout genre sont utilisées pour réduire au silence, sinon contraindre à l'exil ; Le MVCI relève que ces faits suscités sont un témoignage poignant de l'inexistence d'un État de droit dans notre pays et donc d’une absence manifeste de démocratie. État de droit et démocratie sont devenus des concepts servant de slogans politisés dont l'objet est de distraire l'opinion nationale et surtout internationale.
Le MVCI voudrait interpeller la communauté internationale sur le fait que conformément à la déclaration adoptée par l'Assemblée Générale des Nations Unies le 24 septembre 2012, lors de la réunion de haut niveau sur l'état de droit aux niveaux national et international que «les droits de l'homme, l'état de droit et la démocratie sont interdépendants, se renforcent mutuellement et font partie des valeurs et des principes fondamentaux... » devant régir un pays sérieux.
Si L'Etat de droit est donc indispensable à l'effectivité de la démocratie en ce sens qu'il la renforce, la Côte d’Ivoire a plus que besoin qu’à tous les niveaux l’on s’implique pour que ces deux valeurs trouvent leur sens dans sa gouvernance.
Le MVCI fait remarquer par ailleurs que la parodie de démocratie dans laquelle notre pays est insidieusement plongé produira à coup sûr de graves conséquences :
- Une instabilité institutionnelle ; - De probables violences postélectorales ; - La résurgence de crises politiques majeures, dues au refus d’instaurer un dialogue sincère et inclusif. Soucieux de faire triompher l’intérêt supérieur de la nation Ivoirienne par–dessus quelques considérations partisanes et projets égocentriques ; Déterminés à ne point abdiquer face aux assauts répétés des ennemis impénitents de la réconciliation et de la paix ; Conscients des responsabilités des patriotes sincères eu égard aux périls qui menacent la stabilité de la nation ; Le Mouvement pour la promotion des Valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire, (MVCI) : - Exige le respect du principe de l’égalité des sujets de droit face aux juridictions ; - Appelle à la libération sans délai de tous les prisonniers politiques ; - Appelle tous les Ivoiriens à s’unir pour se battre pour une réconciliation vraie et sincère ;
AGIR POUR LE PEUPLE, NOTRE DEVOIR ! Abidjan, 30 Juillet 2018 La Cellule Politique




Article lu : 219 fois