Moossou : Un proche de Simone Gbagbo explique le comportement d’ Affi et son épouse

Afrique media Côte d'Ivoire

Le FPI débute son 4ème congrès ordinaire ce 3 aoüt à Moossou, chez la première dame Simone Gbagbo arbitrairement emprisonnée par le régime d’Abidjan.
Cette grande fête qui se déroule dans cette localité chère à Simone Gbagbo montre le vrai visage du parti de Laurent Gbagbo que certaines langues traitent de parti divisé. Avec le monde fou qui a fait le déplacement de Moossou, on peut affirmer que le parti n’est pas divisé. Il se porte bien.
Il y a simplement un Affi nguessan manipulé par le régime de Ouattara et quelques offines occidentales qui s’agite, pas dans le but d’ettouffer le FPI mais détourner les Ivoiriens du vrai combat qu’est la libération de Laurent Gbagbo. Ambroisse Djoma, un habitant de Bassam indique qu’Affi Nguessan n’est pas pour la libération de Laurent Gbagbo de la Cour pénale internationale.
Si Gbagbo sort, il perdra tous les privilèges que lui accordent la France et le pouvoir d’Abidjan. « Nous avons plusieurs fois interpellé le camarade Affi de cesser de mettre à l’aise le pouvoir de Ouattara et la France car le vrai combat, est celui de la libération de nos camarades injustement détenus en prison. Malheureusement, il n’ a jamais voulu comprendre quelque chose’’, a-t-il affirmé. Avant de revenir sur un autre motif qui pousse Affi Nguessan à faire la rebellion.
En effet, selon M. Djoma, Affi est manipulé par sa femme Angeline Killi qui a fait la prison sous Gbagbo dans l’affaire du cacao quand elle était PCA du FRC (fonds de régulation de contrôle de café-cacao). Elle n’a jamais accepté cela. Elle soutient dans tous les milieux à encroire notre interlocuteur que malgré le soutien de sa structure à la galaxie patriotique entre 2002 et 2007, elle a fait la prison sans le soutien de Blé doudé et ses amis. C’est une autre raison qui pousse Affi à se comporter ainsi. ‘’Mais le FPI a été toujours un parti fort et c’est dans cette dynamique que nous sommes inscrits. Nous surprendrons Affi’’, a-t-il conclu.




Article lu : 632 fois