L’emprisonnement injustifié de Laurent Gbagbo a rapproché la jeunesse africaine

Afrique media Côte d'Ivoire

La prise en otage du président Laurent Gbagbo a produit l’effet contraire. La France qui voulait museler le nationalisme et le panafricanisme en prenant en otage Laurent Gbagbo, s’est vue embourbée en Afrique. En effet, l’injustice faite au père du multipartisme en Côte d’Ivoire à cause de son nationaliste et sa vision d’une Afrique indépendante vraie a rapproché davantage les jeunes africains. Ils ont vu leur orgueil fouetté.
Alors que l’impérialiste cherchait à museler le nationalisme africain à travers la CPI, le constat est toute autre chose avec l’éveil d’une prise de conscience générale. En Afrique et partout dans le monde entier, la montée du nationalisme et du panafricanisme de Kwame Nkruma, Patrice Lumumba, Kadhasi, Sékou Touré, Modibo Kéita et bien d’autres intellectuels africains exécutés pour leur attachement aux indépendances vraies du continent noir prend de l’ampleur
La jeunesse ivoirienne, camerounaise, malienne, congolaise, gabonaise, Burkinabé de Sankara et bien d’autres ont pris conscience que l’ennemi de l’Afrique est l’impérialiste qui déstabilise les présidents démocratiquement élus pour installer des marionnettes à la tête des pays. Il faut saluer de passage cette jeunesse dynamique qui a décidé de prendre son destin en mains. La France qui a voulu diaboliser le père de la démocratie ivoirienne a plutôt permis à toute la jeunesse africaine de faire bloc autour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.
L’emprisonnement injustifié du socialiste ivoirien a poussé la jeunesse à revendiquer de plus en plus une monnaie unique, la suspension du FCFA, le retrait des Africains de la Cour pénale internationale, la suspension du compte d’opérations et bien de dispositions françaises perpétuant le marasme économique de l’Afrique.
Le Bombardement de la résidence de Laurent Gbagbo par l’armée française, son arrestation brutale et son transfèrement injustifié à la CPI alors que la Côte d’Ivoire n’avait pas encore ratifié le traité de Rome ont clairement exposé aux yeux de la jeunesse africaine, toute la laideur de la politique française en Afrique. Il ne reste qu’à libérer Laurent Gbagbo.




Article lu : 201 fois