Décrispation à la CPI : L’homme qui a tout bouleversé chez Simone Gbagbo

Afrique media Côte d'Ivoire

La libération de Simone Gbagbo et l’adresse des juges aux avocats de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé de demander l’acquittement de leurs clients à bien une origine. En effet, tout chamboule le jour où le propre témoin de Faou Bensouda qui doit prouver aux yeux du monde entier que Laurent Gbagbo est un criminel, le témoin manipulé depuis à Abidjan décide de prendre le contre pied des ennemis de Laurent Gbagbo.
Sam l’Africain, c’est bien de lui qu’il s’agit, va surprendre contre toute attente toute la planète terre. Puisque de l’Afrique en passant par l’Europe, l’Amérique via l’Asie et l’Océanie, Sam l’Afrique lâche une bombe devant les juges. ‘’ Cet homme Laurent Gbagbo que vous détenez ici est un démocrate. C’est lui le père de la démocratie en Côte d’Ivoire’’, frappe très fort l’Ivoiro-libanais, Sam l’Africain. Coup de tonnerre ! La suite on la connaît. Sam venait d’orienter les Généraux ivoiriens témoins de Bensouda. Aucun de ces Généraux ne dira que Laurent est criminel. ‘’ Nous avons protégé la population’’, indique le Général déto Létho. Un pasteur dira à ses fidèles : ‘’Sam l’Africain a réagi comme Ponce Pilate qui n’a vu aucun péché en Christ lors de son arrestation par les Juifs. Sa bénédiction est grande devant Dieu’’.
La situation est renversée. Pour la première fois, nous pouvons voir sur notre petit écran, un Laurent Gbagbo enlever ses lunettes pour bien regarder Sam. Le fils de Koudou ne croit pas que Sam pouvait faire pareilles déclarations surtout quand on sait que la dictature d’Abidjan ne lésine pas sur ses moyens militaires et judiciaires pour frapper. Ce n’est pas faux ! Quand Sam l’Africain débarque à Abidjan, il anime une conférence de presse à laquelle nous assistons à l’époque à tant que rédacteur d’un journal de la place. Sam ne restituera que la vérité en fustigeant un régime dictatorial dont le mode de gouvernance est basé sur rattrapage ethnique. Les nominations et les concours administratifs, ont en première ligne, les ressortissants du Nord de la Côte d’Ivoire. Une telle restitution de la vérité vaudra six mois d’emprisonnement à Sam. Il y passe paradoxalement dix mois.
A sa sortie de prison, Sam s’éloigne d’Affi Nguessan jugé proche de Ouattara par l’opinion. ‘’ J’ai pris mes distances vis-à-vis d’Affi parce que sa position ne me rassure pas quant à la libération de Laurent Gbagbo mon candidat en 2020’’ dira-t-il dans une interview qu’il nous accorde en juin 2018. C’est bien ce Sam qui se prosterne aux pieds de la Première Dame Simone Gbagbo. La humble Simone relèvera Sam l’Africain. On ne sait pas ce qu’elle a dit à l’Ivoiro-libanais. Mais toujours est-il que le visage de Sam était rayonnement comme celui d’un bébé de six mois dont on a injustement privé des mamelles nourricières de sa maman qu’il retrouve après des heures.
Lisez afriquemediacotedivoire.net pour la libération de Gbagbo





Article lu : 360 fois