Révolte des hommes de Soro. Contre une dictature RDR qui a accusé Gbagbo de dictateur

Afrique media Côte d'Ivoire

Les pro-Gbagbo ont finalement eu raison de ne pas participer aux élections locales. En effet, les nombreuses déviations et violences soldées par une dizaine de morts, de plusieurs blessés et casses d’urnes pendant ce scrutin donnent raison aux éternels détracteurs du président Alassane Ouattara. Le Chef de l’Etat aurait pu éviter ces massacres s’il avait pour la première fois écouté son opposition.
S’obstinant à organiser des élections sans l’accord de l’opposition frise la dictature. Pardon, c’est la pire forme de dictature. Et par leur comportement, les Chefs d’Etat africains donnent raisons aux Occidentaux qui s’immiscent dans la politique africaine. Pour l’instant le président ivoirien peut tout se permettre car il a encore le soutien de la France. Sinon quand on a traité Laurent Gbagbo de dictateur lui imposant une très mauvaise rébellion, il est très absurde pour les tenants du pouvoir d’organiser des élections sans une véritable opposition depuis dix ans. DECEPTION. Gbagbo a été renversé pour rien.
On pourra donc retenir que les autorités ivoiriennes n’ont pas réuni les conditions de transparence. Les tenants du pouvoir viennent de donner raisons à ceux qui pensent que les autorités ivoiriennes et le président de la CEI ont une grande responsabilité dans ce désordre électoral et politique. Point n’est besoin de chercher les responsables ailleurs.
Les pro-Soroistes qui observaient selon l’Islam le troisième jour du décès de lanciné Coulibaly, superviseur de la campagne du député Koné Tehfour, notent beaucoup d’irrégularités dans le scrutin et surtout dans ‘’ la loi électorale’’ qui n’est rien d’autre que la CEI à laquelle s’est résolument accroché le président ivoirien pour organiser des élections calamiteuses.
‘’La loi va suivre son cours. Il faut construire un Etat de droit. La CEI n’a pas été un arbitre. Si elle avait été arbitre dans ce scrutin, il n’y aurait pas eu de vol et de barbarie’’, a dénoncé le député Tehfour candidat malheureux, proche du Président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro. Le ministre Alain Lobognon quant à lui pense que cette élection a été faite contre les pro-Soro.
Ainsi, ceux-ci viennent de rejoindre les pro-Gbagbo qui ont appelé au boycott des élections à cause d’une CEI confondue au régime d’Abidjan et dirigé par le très contesté Youssouf Bakayoko.




Article lu : 6201 fois