Un drame se prépare au FPI: Laurent Gbagbo et Simone se cognent, après Sangaré

Afrique media Côte d'Ivoire

CÔTE D'IVOIRE : Après le décès de Sangaré, ce qui se trame au Fpi, le sort réservé à Simone Gbagbo, la main de Gbagbo depuis la Haye ! ! !

L'ascension de Simone Gbagbo à la tête du Fpi ne ferait pas l'unanimité au sommet de cette formation politique
Il se trame bel et bien quelque chose au sein du Front populaire ivoirien (Fpi) après le décès du professeur Sangaré Abou Drahamane, le leader de l’aile dure de ce parti. Le défunt, qui assurait par intérim la présidence de cette formation politique, laisse un fauteuil vide qu’il va falloir occuper.
En principe, la succession du « gardien du temple » comme l’appelaient affectueusement ses partisans, ne se pose pas. La direction de son parti étant bien « structurée » et « organisée » comme l’a signifié à la presse à l’issue d’un Secrétariat général extraordinaire qu’elle a convoqué à son domicile le samedi de la disparition du défunt, l’ex-Première dame, Simone Gbagbo, 2ème vice-président du parti.
Mais, vraisemblablement, les choses ne sont pas regardées de la même manière par l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, qui suit de sa cellule, à la Haye, tout ce qui se passe dans sa formation politique. Le fondateur du Fpi semble avoir une toute autre idée dans sa tête. Il en donne déjà des signaux qui en disent long. Pendant que son épouse, elle, tente de prendre les choses en main selon les prérogatives qui lui échoient.
En effet, à peine Simone Gbagbo a-t-elle convoqué la réunion d’urgence du samedi qu’un communiqué est signé, depuis Paris où il est, par le Secrétaire général, Assoa Adou. Ce communiqué émanant du président Gbagbo annonce officiellement le décès de Sangaré et suspend jusqu’aux obsèques toute activité politique du Fpi. Suspension étendue par un cadre joint pour en savoir davantage au Secrétariat général extraordinaire convoqué.
Cette annonce n’empêchera pas la tenue de ladite réunion, qui ne tiendra qu’en quelques dizaines de minutes à l’issue desquelles l’ex-Première dame, aux commandes des affaires de son parti, fait une autre annonce officielle du décès du professeur Sangaré.
Comme pour signifier qu’il tient bien son rôle de président de parti depuis sa cellule à la Cour pénale internationale devant laquelle il comparait, Laurent Gbagbo fait pondre un deuxième communiqué par le même Assoa Adou et désigne, sans aucune autre forme de procédure, un responsable des obsèques de son ami et fidèle compagnon de lutte. « Son excellence, Monsieur Laurent Gbagbo, Président du Front Populaire Ivoirien, informe les militants et sympathisants du FPI, que la Vice-présidente en charge de la politique de la Communication du Parti et Secrétaire Générale par intérim, la camarade Odette Sauyet Likikouet, est désignée en qualité de responsable de l’organisation des obsèques du camarade Abou Drahamane Sangaré , à compter de la date de signature du présent communiqué, en accord avec la famille biologique de l’illustre disparu…. », signe l’ancien ministre au nom de son mentor.
Pendant que ce communiqué est rédigé, une autre réunion, cette fois du Secrétariat exécutif, est convoquée, toujours par Simone Gbagbo à son domicile. Pendant 4h, de 17h à 21h, cette réunion a réuni tout ce que l’aile dure du Fpi compte de vice-présidents et autres responsables d’instance. Même la Secrétaire générale adjointe, Odette Sauyet, qui vient d’être nommée pour présider le comité d’organisation des obsèques du Pr Sangaré. Etait-ce le point à l’ordre du jour ? On n’en sait rien pour l’instant des questions débattues.
Mais, selon des sources proches de l’ex-parti au pouvoir, la propulsion de Simone Gbagbo à la tête du Fpi n’est pas une idée bien partagée, surtout par Laurent Gbagbo. Ce qui met l’ex-Première dame, ex-député et présidente du groupe parlementaire du Fpi, dans l’hésitation. A en croire nos sources, plusieurs cadres lui ont suggéré de monter au créneau pour prendre ce qui devrait lui revenir de droit. Mais, Simone Gbagbo n’a toujours pas réagi dans ce sens, même si d’office les réunions qu’elle préside supposent qu’elle est déjà dans ce rôle.
De l’autre côté, à la Haye, son époux a plutôt un autre schéma dans la tête. Laurent Gbagbo, confie notre source très introduite, pencherait pour son ministre Assoa Adou, actuel Secrétaire général de son parti, dans le fauteuil du président par intérim. Odette Sauyet, à qui il vient de confier les obsèques de son fidèle compagnon serait, elle, pressentie, pour prendre le Secrétariat général. Un réaménagement qui écarterait Simone Gbagbo du fauteuil de leader.
L’ex-Première dame et ses partisans se soumettrait-il à un tel réaménagement ? La question pourrait être à l’ordre du jour dans ces jours-ci. Car, la succession de Sangaré se pose déjà, et les manœuvres ont cours.
Sercom Crdp-ci





Article lu : 4214 fois