Afrique, fatiguée de la France : Fermeture du Compte des opérations, dehors l’armée française coloniale : La jeunesse panafricaniste doit apporter son soutien à Idriss Déby

Afrique media Côte d'Ivoire

Le moment est venu pour tous les jeunes panafricanistes d’exprimer leur indéfectible soutien au président exemplaire du Tchad, Idriss Déby.
L’homme a franchi la ligne rouge dans la légalité en décidant de la fermeture du compte des opérations et mettre fin à la présence de l’armée française au Tchad.
Pour le compte des opérations, voici ce que dit l’accord.
TITRE III DES DISPOSITIONS DIVERSES.
ART 17 - Tout État signataire peut dénoncer la présente convention .Cette décision prend effet à compter de la notification de l'État dépositaire. La négociation des arrangements nécessaires sera entreprise immédiatement entre les Etats signataires à la diligence de l'un quelconque d'entre eux.
L'application de la convention de compte des opérations prévue à l'article 9 est suspendue de plein droit à compter de la date de cette notification, en ce qui concerne cet État.
Le président Déby étant dans la légalité, nous invitons tous les peuples d’Afrique à la mobilisation totale autour de ce digne fils pour la libération totale de l’Afrique.
Toujours dans la légalité, il vient d’annoncer la fin de la présence de la base militaire française coloniale dans son pays. Une présence militaire occidentale qui pourrit l’air dans ses colonies. Le président Tchadien ne souhaite plus renouveler cet accord parce que cette armée a failli à ses missions. Le Tchad étant un pays souverain, la France est obligée de plier bagage. Et cela pour plusieurs raisons.
Le Tchad depuis 2010, a réclamé une contrepartie de la France qui utilisait ses avions pour entraîner ses militaires. La France qui se dit pays de droit n’a pas respecté ses engagements. Croyant certainement que nous sommes en pleine colonisation. Le dispositif colonial français (armée française) ne jouait plus son rôle excepté quelques soins donnés aux malades. Un tel président qui cesse d’être un sous-préfet de la France ne peut que bénéficier du soutien du peuple africain.




Article lu : 67 fois