Franc colonial en Afrique : Ce que dit un intellectuel africain du FCFA. Un autre propose la révolution

Afrique media Côte d'Ivoire

Les pays d’Afrique francophone pourront-ils connaître une indépendance monétaire un jour ? Clairement dit, les pays francophones pourraient-ils rompre avec le Fcfa, la monnaie coloniale considérée comme une monnaie d’asservissement et d’esclavagisme des pays africains qui l’utilisent ?
Certains Africains sont optimistes quant à la libération monétaire de ces pays francophones. Pour eux, le seul moyen qui peut conduire ces pays à l’indépendance monétaire, c’est bien la révolution. ‘’ Les jeunes africains décident un jour, ils font pression sur les dirigeants, ils décident de paralyser toutes les activités dans tous les pays francophones et puis c’est tout. Tant qu’on dormira profondément, nous ne serons jamais libérés de cette sale monnaie’’, indique Youssouf Camara Yves, jeune étudiant burkinabé.
Un autre jeune africain, Sindou Mandé pense que le FCFA st un crime contre l’humanité parce qu’il déshumanise l’africain au profit du français. Il définit la valeur du FCFA comme suit. Pour lui, la valeur de cette monnaie est en rapport avec la démographie de la France. La valeur du CFA diminue selon la démographie du pays colonial, c’est-à-dire qu’au moment où 1 F français équivalait à 50 FCFA, 50 africains représentaient 1francais. Aujourd'hui, 655 africains représentent 1francais en se référant bien évidemment à la valeur de l’Euro. Si les choses ne changent pas d’ici 2050, 1000 africains auront malheureusement la valeur d’un français.
Il va plus loin pour expliquer que l’argent de 655 fonctionnaires africains est coupé au profit d un seul français dans le pré-carré français. Il souligne que l’Euro n’a jamais été une garantie du FCFA.
« Souvent on entend dire que l’Euro est une garantie du franc CFA. C’est faux, c’est une vraie arnaque. Je demande à la jeunesse africaine de prendre sa responsabilité pour chasser cette monnaie d’arnaque sur le continent noir’’, a-t-il conclu.

Envoyez vos analyses politiques et économiques à infos@afriquemediacotedivoire.net




Article lu : 39 fois