(FCFA) et le Trésor Français : Les pays africains ne sont pas des administrations françaises. Gbagbo s’est sacrifié pour son continent

Afrique media Côte d'Ivoire

Quelques présidents africains conscients de ce empoisonnement monétaire dont sont victimes les pays africains utilisant le franc de la colonie française sont systématiquement victimes de complot. En effet, une fois que ces Chefs d’Etat africains rompent le silence pour manifester leur hostilité au FCFA, comme toujours, le colon trompe la vigilance des populations, joue sur leur fibre affective et fait passer le président exemplaire pour un dictateur, un sanguinaire, évidemment après avoir planifié des coups d’états, des rébellions et des guerres civiles contre lui.
La finalité de ce plan diabolique se solde par des génocides dans les pays africains et le président démocratiquement élu est poursuivi par la Cour pénale internationale. C’est le cas du président Laurent Gbagbo contre lequel un complot a été ourdi après sa déstabilisation et brutalement arraché à l’affection de ses millions de militants pour être injustement conduit à la CPI.
Laurent Gbagbo en effet, a contesté cette monnaie, son lieu de fabrication, sa parité, sa convertibilité et surtout le mécanisme humiliant qui consiste à garder plus de 50% de nos devises dans le trésor français qui n’est rien d’autre qu’une banque de l’administration française. La question qui se pose est de savoir si les pays africains qui utilisent cette monnaie sont des administrations françaises.
Les pays africains ne sont pas des Etats souverains capables de gérer leurs propres devises ? Voici des questions qui taraudent depuis plus d’un demi-siècle les esprits des intellectuels africains. Une injustice soulevée par le Togolais Olympio assassiné depuis belle lurette. Gbagbo l’ivoirien a évoqué le cas de création d’une monnaie ivoirienne. Il a été conduit à la Cour pénale internationale parce qu’il planifiait un crime économique contre la France avec sa volonté de créer une certaine monnaie appelée le MIR (Monnaie ivoirienne de la révolution). Le colonel Kadhafi a été passé de la vie au trépas parce qu’il prônait la création d’une monnaie unique africaine. Face à cette situation, les Chefs d’Etat refusent de faire un effort pour sortir de ce mauvais mécanisme monétaire. Kemi Séba Pourfendeur de cette mauvaise monnaie a été refoulé sur le territoire Guinée par le président Condé qui prétendait couper le cordon ombilical avec l’occident alors qu’il accepte les services du Fmi où Sékou Touré, l’actuel président du Ghana, les refusent. Il faut libérer Gbagbo de cette prison injuste.




Article lu : 99 fois