Un Chef d’Etat africain révolté contre : Qui est Gbagbo ? Un Chef d’Etat africain se vide et accable les Occidentaux

Afrique media Côte d'Ivoire

Encerclés par les impérialistes là où certains Chefs d’Etat Africains fuient pour trouver un exil ailleurs dans un pays frère ou occidental, Laurent Gbagbo est resté à sa résidence avec sa femme Simone, ses enfants, et sa mère Gado Marguerite. Gbagbo a montré le chemin du vrai nationalisme à la jeunesse africaine. Un nationaliste vrai ne fuit pas son pays. C’est pourquoi, il a dit non aux Etats-Unis et la France ses bourreaux qui lui ont fait des propositions de le recevoir à tant qu’exilé sur leur territoire afin de leur abandonner la Côte d’Ivoire toujours coloniale, ce pré-carré français. Le président Laurent Gbagbo y est resté parce qu’il n’a ni compte ni appartement en Occident. Ni des milliards dans les banques suisses. Le président nationaliste est resté en Côte d’Ivoire jusqu’à la tragédie du Roi Christoph. C’est cela le nationalisme vrai.
Un Chef d’Etat africain nous a livré hier, ce petit message mais grand pour l’humanité. ‘’Gbagbo est un pur nationaliste et panafricaniste à l’image de Nkruma, Lumumba, Jomo Kenyatta, Kadhafi, Sankara, Olympio tous morts pour une Afrique libre et indépendante. Nous avons découvert que la Cour pénale Internationale est dirigée contre nous, les chefs d’Etat africains ; mais dès lors que le monde entier en est conscient, nous demandons aux juges de dire le droit en ce qui concerne le cas Laurent Gbagbo et ne point se fonder sur des rumeurs qui le font passer pour quelqu’un qui a tué son peuple. Nous sommes déçus et nous partirons de cette Cour si Gbagbo est condamné’’, fin de citation.
L’heure a donc sonné pour le réveil de la jeunesse africaine même si des Chefs d’Etats sont encore tapis dans l’ombre au service du colon. La jeunesse doit soutenir avec hargne quelques présidents conscients du pillage économique de l’Afrique.
La jeunesse africaine doit se lever pour balayer du revers de la main, la politique régionaliste qui fragilise l’Afrique et la plonge malheureusement dans des situations de guerres civiles. Elle doit se lever pour défendre l’unité nationale et dénoncer les impérialistes aidés par des collabos africains qui maintiennent l’Afrique dans un appauvrissement permanant, faisant jouer les institutions internationales en leur faveur pour justifier les rebellions, les coups d’état et les assassinats des présidents africains qui ont pour objectif de réduire au silence les véritables leaders des indépendances réelles tels que Gbagbo, Lumumba, Nkruma, Kadhafi, Modibo, Jomo, Sankara… Ces colons ont créé aujourd’hui la CPI pour déporter les présidents africains qui luttent pour une indépendance réelle de l’Afrique. L’Ivoirien Gbagbo en paie le prix. Vingt ans après la création de cette cour internationale, devant l’histoire, les dirigeants africains doivent prendre leurs responsabilités pour quitter cette cour pénale qui a pour principal objectif de pérenniser la colonisation.
Hier, le colon portait un chapeau, un fusil, un chien et sa muselière pour chasser l’homme noir. Il était blanc. Aujourd’hui, il s’est déguisé et demeure toujours en Afrique. Ce dernier porte un costume noir. C’est bien lui que les colons utilisent pour faire les coups d’état, les rebellions et les guerres civiles en Afrique. Le nouveau colon utilise le régionalisme et la religion pour mieux gouverner. Notre région doit être l’Afrique et notre religion, la pratique de l’unité nationale. Si le jeune africain sait ces choses et qu’l les pratique il sera réellement libre et sauvé des santas. Que les Gabonais, les Congolais, les Centrafricains, les Camerounais, les Ivoiriens, les Maliens, les Burkinabè, les Guinéens, les Marocains, les Egyptiens qui me suivent soient délivrés du régionalisme et de la région dans leurs activités politiques au puissant Nom de l’Afrique?
Il est aberrant de suivre une France qui a assisté l’autorité Hutu dans l’exécution de 800 mille Tutsi. Il est aberrant de suivre une France qui oblige Laurent Gbagbo à organiser des élections alors que la rébellion à la française n’était pas désarmée. Il est aberrant de suivre une France dite grande démocratie et la voir bourrer les urnes au Gabon et au Congo. Que peut-on encore espérer de la France qui assassine Kadhafi à cause du pétrole et du gaz libyens ? Que peut-on attendre des Etats-Unis et de la France qui demandent au président camerounais de quitter le pouvoir pour l’organisation des élections alors que la rébellion à l’occidentale n’est pas désarmée au Cameroun ? Le malheur du Cameroun, c’est d’avoir traité avec la Russie dans le cadre du pétrole et gaz. Et comme d’habitude, les blancs utilisent le régionalisme pour diviser. C’est le cas du Cameroun. Nkruma, Jomo Kenyatta, Lumumba, Modibo Kéita avaient tous condamné le régionalisme durant toute leur lutte politique. Une jeunesse qui a lu ces grandes figures du panafricaine ne doit jamais se mêler dans une guerre régionaliste. Ni les rebellions ni les guerres de sécession n’apporteront la paix, la démocratie et le développement à l’Afrique. Après un million de morts au Rwanda, la sécession au Soudan, les guerres au Libéria, en Sierra-Léone, en RDC, en RCA et récemment en Côte d’Ivoire entre autres, ces pays n’ont jamais pu inventer transformer leurs matières premières. Et c’est dans cette cacophonie que nos matières premières sont permanemment pillées pour faire le bonheur de l’Europe et des Etats-Unis pour maintenir les Africains dans l’extrême pauvreté. Malheureusement cette misère conduit la jeunesse à la mort dans la mer méditerranée à la recherche d’un el dora do en occident parce que l’Afrique est volée, pillée et n’a plus RIEN. A qui la faute. Pour nous, l’Occident en est responsable. Les Européens doivent assumer et trouver des solutions quant aux phénomènes de l’immigration de l’Afrique vers le vieux continent.
Dogo Toty Edouard Yroukou, depuis Tripoli




Article lu : 88 fois