France-Afrique, CPI : la démocratie française et 1789 ramènent l’Afrique à l’antiquité

Afrique media Côte d'Ivoire

Notre objectif, ne consiste pas à créer un sentiment de haine entre la France et les peuples africains. Loin de là. L’objectif poursuivi, c’est d’aider la France à changer sa façon de faire la politique en Afrique. Le monde bouge cependant l’Afrique reste dans le statuquo. Pourquoi les pays d’Asie du Sud-est se développent alors que les pays africains régressent et sont maintenus dans des relations économiques, commerciales et financières très archaïques.
La France doit changer sa façon de faire la politique en Afrique si elle veut conserver ses relations séculaires sur le continent noir. Elle utilise aujourd’hui des nègres fabriqués dans ses laboratoires mais les choses changeront demain. Et c’est elle qui perdra. Parce que l’Afrique se réveille et comprend toute la cabale occidentale. L’intervention française dans les crises africaines ont fini par décevoir la jeunesse africaine. Celle-ci s’est rendue compte que c’est la grande France qui fabrique les coups d’états, les rébellions et les guerres civiles sur le continent pour ses intérêts économiques.
Au Rwanda, en Côte d’Ivoire, en Lybie, en RCA, en RDC, au Kenya, la France a montré sa fébrilité dans la gestion des crises. Ses constantes prises de positions pour un camp au détriment d’un autre ont terni son image. Un seul camp doit passer devant la cour pénale internationale corrompue. La démocratie française nous ramène à l’antiquité. Quelle est la gravité des conditions de vie des Libyens pour susciter une rébellion contre Kadhafi et l’exécuter en fin de compte sous Sarkozy. Au Rwanda, pourquoi l’armée française a refusé d’apporter son secours aux rescapés Tutsis, les abandonnant aux mains de leurs ennemis ? Où étaient passées la Licorne et l’Onuci quand la rébellion ivoirienne descendait sur Duékoué pour y commettre le carnage ? Accusée de provoquer les guerres et rébellions, la France gagnerait à changer sa politique africaine si elle veut retrouver sa confiance perdue.
L’autre échec de la France en Afrique, c’est la manipulation de la Cour pénale internationale. Il est constaté que tous les africains poursuivis sont des nationalistes. Certains sont contre le FCFA, dénoncent le compte d’opérations et la production de la monnaie africaine en France. D’autres ont dénoncé le pillage des ressources minières dans leur région en Afrique centrale notamment et au Kenya et en Ouganda.. Ici, ce sont des problèmes vitaux posés que la France devrait discuter avec ses partenaires plutôt que de les piéger à l’aide d’une prison coloniale, la CPI qui les ‘’apprivoise’’. Oui, c’est le thème approprié parce que les droits de Laurent Gbagbo ont été violés comme on viole celui d’une souris ou d’un rat. Alors que la Côte d’Ivoire n’est pas encore membre de la CPI, en violation des droits de l’ex-président, il a été déporté. La France ne respecte pas l’Afrique.




Article lu : 441 fois