Colonisation : Les vraies indépendances réclamées à Macron. Non aux guerres civiles planifiées

Afrique media Côte d'Ivoire

1884 à 2018. Le continent africain croupit encore sous le poids de la colonisation avec son corolaire de coups d’états, de rébellions et guerres civiles provoqués par les occidents sur le continent noir. Aucun Etat africain n’est indépendant. Même les Noirs d’Afrique du sud qui ont souffert l’apartheid ne sont toujours pas indépendants. L’accession de Madiba au pouvoir n’a pas résolu 10% des préoccupations des Noirs en South Africa. Nous y reviendrons.
Aujourd’hui, notre préoccupation c’est de demander au président Emmanuel Macron de songer à la proclamation des indépendances des pays africains. Il doit y songer parce que l’Afrique n’a jamais été indépendante. Ce qui s’est passé en 1960 dans la majorité des pays africains n’a rien à avoir avec la liberté des peuples africains.
La période 1960-2018 a été une période misérable, atroce et humiliante que l’Afrique n’ait jamais connue. La période 1884 à 1960 a été flexible. 1960 à ce jour, est la période la plus cruelle de l’histoire de l’Afrique. Elle est caractérisée au plan politique par les assassinats des intellectuels africains. Patrice Lumumba a été humilié avant d’être exécutés par le colon et ses sbires.
De 1960 à ce jour, ce sont 26 présidents africains qui ont été assassinés par le colon. Le dernier en date, le Colonel Kadhafi dont la mort ne se justifie pas. Il a été tué parce qu’il voulait le développement de toute l’Afrique. Des millions d’africains ont perdu la vie dans les rébellions et guerres civiles organisées par le colon aidé dans cette misérable et honteuse tâche par certains nègres africains formés dans les laboratoires occidentaux.
Au plan économique, le colon n’offre aucune possibilité aux pays d’Afrique de transformer localement leurs matières premières. L’Afrique est condamnée à exporter des produits bruts dévalués. Le continent est interdit de fixer les prix de ses propres produits. Le sous-sol africain appartient d’avance au colon. Comment appelle-t-on ce genre de partenariats? C’est l’exploitation, la domination du plus faible par le plus fort, selon la définition du livre de CMI en 1987, la colonisation assassinait Thoms Sankara avec le soutien des nègres. Il voulait une Afrique libre.
Comment peut-on comprendre que c’est la France qui se réserve le droit de battre la monnaie de 14 pays africains indépendants. Ça sonne mal à l’oreille. C’est une catastrophe financière coloniale que vivent ces pays. Malheureusement, quand un Chef d’Etat trouve anormal cette pratique, on l’éjecte du pouvoir par des coups d’Etat, des rébellions et des guerres civiles. Cela se passe parce qu’en réalité, ces pays ne sont pas indépendant. Des institutions internationales imposent et légalisent des pouvoirs qui ne se reposent pas sur le socle des constitutions. Enfin, c’est la CPI qui prend en otage les bons présidents. De passage, nous réclamons les indépendances et la libération de Laurent Gbagbo à Emmanuel Macron.
Fatiguée : Ce que l’Afrique demande à Emmanuel Macron
Ce n’est pas une route épineuse ni rocailleuse à emprunter, quand on demande à Macron de proclamer les indépendances africaines. Il s’agit simplement de mettre fin à la Cour pénale internationale considérée comme une prison coloniale selon les Etats-Unis, la Chine et la Russie qui n’ont pas ratifié le traité de Rome. Elle a été créée pour poursuivre les présidents africains qui aspirent aux indépendances vraies et au développement de l’Afrique.
La France doit cesser de penser que L’Afrique est un continent de sous-hommes qui n’a pas droit au développement. Elle doit arrêter la diabolisation des dignes fils d’Afrique les faisant passer pour des dictateurs. Les vrais dictateurs sont connus en Afrique. Ils sont propulsés au pouvoir sur la base tribale par le colon et ont tué le multipartisme. Le gouvernement n’est pas de large ouverture. Il est constitué par un parti unique, l’opposition n’a pas droit à la gestion de l’Etat selon la volonté de la France. C’est ce que la France appelle la démocratie. Un échec, 1789 pour la France.
Ensuite l’interdiction dans le circuit le FCFA et la suspension du compte d’opérations. Une Afrique indépendante signifie qu’il faut permettre aux pays africains la diversification des partenariats dans les relations économiques et commerciales et non intimider le Cameroun qui a signé des contrats avec la Russie par une rébellion et se proposer après d’aller éteindre le feu.




Article lu : 188 fois