Otage de Gbagbo: Les présidents de l’UA et les Chefs d’Etat africains, la honte du continent

Afrique media Côte d'Ivoire

Le président Laurent Gbagbo est pris en otage par la France et la Cour pénale internationale depuis sept ans. Gbagbo subit une injustice impérialiste du fait de ses prises de positions nationalistes. C’est un fait. Tout le monde en est conscient.
Face à cette injustice qu’il subit, aucun Chef d’Etat africain ne peut lever le petit doigt pour dénoncer cette prison colonialiste. Même les présidents de l’Union Africaine sont incapables de s’offusquer du mépris des impérialistes contre Laurent Gbagbo et plusieurs nationalistes africains poursuivis par la cour pénale internationale.
Le président Alpha Condé, ex-président de l’UA est la grosse déception de l’Afrique. On peut ouvertement affirmer qu’il a échoué sur tous les plans tant au niveau continental qu’au niveau de la Guinée. Il n’a pu dénoncer l’injustice dont est victime Laurent Gbagbo et huit autres nationalistes africains. Sachant bien que cette Cour ne vise qu’à museler les intellectuels africains qui luttent dans le but d’affirmer une Afrique indépendante vraie.
Pourtant, M. Condé a suscité beaucoup d’espoir quand il prenait les arènes de l’institution panafricaine. Il prétendait rompre le cordon ombilical avec l’impérialiste. En réalité, il tournait en dérision les peuples africains et exprimait le contraire de ce qu’il pense. Il a plutôt renforcé le cordon ombilical avec le colon.
En effet, il n’a fait qu’offrir la guinée sur un plateau d’or aux impérialistes tuant une seconde fois Hamed Sékou Touré avec sa malheureuse main tendue aux programmes du FMI que le Ghana trouve contraignants et inopportuns dans son développement. Les relations entre l’Afrique et la France d’une part et entre la Guinée et la France d’autre part sont plus renforcées qu’avant. Quand le confrère Médiapart dénonçait l’injustice dont est victime Laurent Gbagbo, Alpha Condé est resté dans un mutisme coupable. Alors qu’il y avait une possibilité de défendre le dossier Laurent Gbagbo étant donné que celui-ci a été déporté à la Cpi selon les révélations de Médiapart, au moment où La Côte d’Ivoire n’était pas encore membre de cette cour coloniale pénale.
Condé a passé tout son temps à dénigrer les enseignants guinéens les qualifiant d’illettrés et duper les étudiants auxquels il avait promis des ordinateurs pour leur formation. Ainsi on étale la honte de l’Afrique.
Encore survint le rwandais Paul Kagamé à la tête de l’UA. Celui-ci à la place de défendre le cas Laurent Gbagbo et tous les nationalistes africains injustement poursuivis par la CPI, ne fait que renforcer les liens entre l’Afrique et la France avec sa mystérieuse visite en France Quand on tient une réunion de l’UA et qu’on y voit la participation des Occidentaux à l’image de Macron, quel dossier de libération de l’Afrique peut-on espérer ? Franchement nos présidents de l’UA ont démissionné. Et c’est malheureux. Il faut changer les statuts de l’UA pour confier cette institution panafricaine à la jeunesse panafricaniste.




Article lu : 816 fois