Victoire de Gbagbo: l’Afrique crucifie son éternel Diable. La fête des avocats

Afrique Media CI

« Nous n’avons rien à répondre au procureur car il n’y a rien dans son dossier. On ne réplique pas au vide ». Affirme maître Altit Avocat de Laurent Gbagbo, ex-Chef d’Etat ivoirien, incarcéré à la cour pénale internationale, depuis novembre 2011. Il est accusé de crimes contre l’humanité. Le débat est donc clos et il ne reste qu’à l’impérialiste de sortir Laurent Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé de cette prison néocolonialiste. « Ces éléments sont très faibles, et vous allez voir à quel point nous sommes forts », assomme l’avocat international français.
C’est une victoire de Laurent Gbagbo et donc une victoire de toute l’Afrique sur le diable qui détruit l’Afrique depuis le 15ème siècle quand Christophe Colombe découvrait l’Amérique. De la traite négrière en passant par la colonisation au néocolonialisme, L’Europe a fait beaucoup de mal à l’Afrique. La France et l’UE sont les Grands Diables qui détruisent l’Afrique en provoquant des coups d’état, des rébellions et des guerres civiles en Afrique pour piller le continent. Laurent Gbagbo demande que la France et l’Union Européenne accordent un peu de dignité à l’Afrique. Et quand un Africain passe il faut que les Européens le considèrent comme un être humain. La proposition de Laurent Gbagbo de quitter le FCFA, son hostilité au pillage de l’Afrique organisé depuis Léopold II, son refus d’aller investir en Europe y construire des appartements et garder des milliards dans leurs banques ont poussé la France et l’Union Européenne à déstabiliser son régime. En lui imposant une rébellion et une guerre civile avant de le traduire injustement devant la CPI sachant même que la Côte d’Ivoire n’avait pas encore ratifié le traité de Rome. L’appel de Gbagbo au recomptage des voix est vu comme un mépris par la France et ses Alliés qui voulaient vaille que vaille l’écarter du pouvoir pour installer leur pion. Les Européens ont tenu en captivité depuis sept ans Laurent Gbagbo pour mieux piller la Côte d’Ivoire. Il faut mettre fin à cette injustice et le libérer.
Tous les témoins de la France et de Bensouda n’ont pu apporter une preuve qui puisse accabler l’ex-Chef d’Etat ivoirien qui a lutté contre une rébellion française pour la protection de l’intégrité du territoire. Gbagbo n’a commis aucun crime de guerre quand on s’en tient aux définitions de Pierre Truche. Magistrat du Parquet depuis 1945, Pierre Truche a notamment été directeur des études à l'École nationale de la magistrature, procureur de la République à Marseille, procureur général à Lyon - où il a représenté le ministère public lors du procès de Klaus Barbie à Paris et enfin à la Cour de cassation.
Il donne une définition claire aux crimes contre l’humanité, : ‘’C'est mettre à exécution un plan visant à détruire totalement ou partiellement un groupe arbitrairement déterminé, soit en portant atteinte à la vie de ses membres, soit en atteignant gravement leur intégrité physique ou psychique, soit en les soumettant à des conditions d'existence devant entraîner leur disparition, soit en entravant les naissances, soit, enfin, en enlevant les enfants pour les transférer à un autre groupe’’. Les affrontements qui ont eu lieu en Côte d’Ivoire pendant la période postélectorale n’ont rien à voir avec la définition du Magistrat Truche. Tous les officiers supérieurs de l’armée ivoirienne qui ont témoigné contre Laurent Gbagbo n’ont pu évoquer le fameux plan commun. En effet, il n’y a pas eu d’exécutions sommaires, massives et systématiques dans le cadre d’un plan concerté entre Gbagbo et son armée. La France et l’Union Europe doivent libérez Gbagbo et considérer une première fois que ce sont des êtres humains qui vivent sur le continent noir.
Le disciple de Lumumba ( lire la bible ou le coran afriquemediacotedivoire.net une fois par jour fait du bien)





Date de mise en ligne : 2018-10-02     Article lu : 2242 fois